Etes-vous éponge ou canard ?

Un matin en formation, une dame nous explique combien elle est vite atteinte par les remarques désobligeantes ou submergée d’émotions négatives. Pour reprendre ses mots : elle prend sur elle.

Je m’entends alors lui dire qu’elle doit choisir son camp : être un canard ou une éponge. Elle me regarde médusée.

Le canard dis-je, n’est pas atteint par l’eau de pluie. Elle ruisselle sur ses plumes. L’éponge, bien. Et vous devrez l’essorer longtemps avant de la sécher complètement. Bonne chance !

Conclusion : quand l’émotion est positive, agréable surtout, faites l’éponge. Prenez TOUT. Faire le canard en pleine nuit de noce, par exemple, ce serait vraiment dommage 😉 Quand elle est négative, mettez-vous à distance en faisant le canard. Choisissez de ne pas vous laisser atteindre. Parez-vous de vos plus belles plumes et protégez-vous.

Vous n’avez pas à devenir le réceptacle des émotions des autres, et si l’image vous parle plus, mettez donc un couvercle. Vous n’êtes pas la poubelle des autres !

Rappelez-vous que votre liberté, comme l’explique brillamment Covey,  est exactement, précisément, entre le stimulus externe (dans ce cas-ci, une remarque), qui est hors de votre contrôle et votre réaction, qui l’est bel et bien.

Cet espace est votre espace de choix. Choisissez donc votre réaction.

Si vous voulez explorer ce sujet plus avant, lisez le livre de Stephen R. Covey :

Quelques mois plus tard, je revois cette dame par hasard. Elle s’approche de moi et me glisse à l’oreille : « dites, le canard, ça a changé ma vie ! Mes collègues m’ont même offert un canard pour que je me souvienne de la technique ! »

Je ne lui ai pas demandé s’il s’agissait d’un sex toy, évidemment.

Blague à part, depuis, j’ai souvent donné ce conseil et me le suis appliqué. Ça marche !

Au moment où vous vous dites « fais le canard », au moment où vous vous visualisez tout couvert de plumes, serein sous l’averse de mots ou d’émotions, la mise à distance se produit. Vous êtes alors en méta-position, hors de, si vous préférez. Vous avez le recul et donc la lucidité. Et votre lucidité vous permet de choisir, d’être libre.

Pour une fois, vous le constatez, je ne vous enquiquine pas avec les Aigles !

Bon Vol avec eux quand même et à très vite,

Fabian

3 exercices pour aller plus loin :

  1. Regardez le journal télévisé (je ne vous dirai pas ça souvent, je prône la diète médiatique, c’est plus sain !). A la première information qui vous secoue, respirez par le ventre, créez dans votre esprit l’image d’un canard : VOUS. Sentez-vous intouchable. Vous êtes concerné mais pas affecté. Ne vous laissez pas affecter par les affects des autres !
  2. Dès la première altercation avec quiconque, maintenant que vous êtes entraîné avec la télé, réutilisez la même technique. Ne réagissez pas tant que le canard n’a pas pris le pouvoir sur l’éponge. Une décision prise dans un tourbillon émotionnel est une MAUVAISE DECISION.
  3. Comme vous avez bien travaillé, au premier câlin (ce n’est qu’une suggestion bien sûr, y a des tas d’autres occasions pour faire l’éponge), métamorphosez-vous en éponge véritable. Absorbez TOUT. Profitez.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *