Ferme, doux, juste et efficace !

Avez-vous vu l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ? Ce film splendide aux vues imprenables, joués par 2 immenses (le dire en y mettant 4 m !) acteurs : Scarlett Johansson et Robert Redford.

L’homme qui murmure à l’oreille des chevaux s’appelle un chuchoteur.
Et si Buck Brannaman est celui qui a inspiré le film, Pierre Dechamps est un autre chuchoteur qui m’a inspiré moi : un Leader Inspirationnel !

Pierre ne ressemble en rien à Robert Redford, mais il a tout de Thierry Lhermitte ! Grand, mince, l’œil précis et rieur, il est économe de ses propos et semble, en permanence, d’un calme parfait.

Pierre Dechamps et Dokidoc

Horse Training 

Il fut le pionnier de l’équitation naturelle en Belgique.

L’objectif de l’équitation naturelle, c’est de faire progresser un cheval avec un résultat durable, sans stress ni violence, tout en respectant son intégrité physique et mentale et quel que soit l’objectif final recherché : randonnée, attelage, dressage classique, polo…

« Faire progresser », « intégrité physique et mentale », « objectif ». Ces mots ne jureraient pas dans un contexte d’entreprise et de people management.

A tel point que Pierre et moi avons créé des formations appelées « Horse Training ». Lors de ces formations, les participants apprennent essentiellement le contrôle de soi.

Pierre le dit, il le clame : les chevaux furent ses meilleurs professeurs. C’est par eux, grâce à eux qu’il s’est construit.
J’avoue qu’ils sont toujours les miens.

Car les chevaux sont nos miroirs. Vous ne pouvez pas tricher avec un cheval, vous ne pouvez pas le manipuler. Il vous renvoie sans cesse à qui vous êtes. Sans fard. L’impressionner avec votre costume dernier cri ? Marche pas. Votre grandiloquence ? Marche pas. Vos diplômes ou une position sociale enviable ? Marche pas. L’épaisseur de votre portefeuille ? Marche pas plus.

Il sait QUI vous êtes et ce que vous avez dans le ventre.
Il vous renvoie aussi à la base, au fondement même du leadership : le self-leadership.

Il n’y a pas de leadership sans self-leadership. Si je veux rassurer l’animal, je dois d’abord me rassurer moi-même, être calme, serein. Si je me crispe, l’attitude étant contagieuse et le cheval d’une sensibilité extrême, il sera crispé à son tour.

Les étapes de la fermeté

Le premier exercice d’une session Horse Training, consiste à se placer au milieu de la piste et, à l’aide d’une chambrière (un fouet si vous préférez), à faire tourner le cheval 3 fois au trot, dans le même sens. Pour info, en équitation, on dira à main droite ou à main gauche.

Aucune longe, aucune corde ne vous relie à l’animal. Vous pouvez vous déplacer, marcher, courir, parler, hurler, agiter votre chambrière. A vous de voir !

Nous, nous observons.
Certaines personnes se montrent très agressives, trop fermes. Le cheval est alors pétrifié ou démarre au galop pour échapper à une pression trop forte.

D’autres sont tétanisés. Ils n’ont jamais approché d’aussi près 500 ou 600 kg de muscles, et ils se déplacent sur la pointe des orteils, la peur au ventre et plantée dans le regard.  Ils sont trop doux. Le cheval fait très peu cas de ces cas-là !

Conclusion : si l’homme est trop ferme, il s’enferme, si l’homme est trop doux, il s’en fout !

Au fil de la journée, tandis que les exercices s’enchaînent, les participants gagnent en confiance en soi, en maîtrise. Ils se relâchent aussi. Ils deviennent fermes, doux, justes et efficaces.

Ils ont compris que la fermeté exige une approche graduée, le respect de différentes étapes : la pression monte d’un cran jusqu’au moment où le cheval y cède, privilégiant son confort. Dès que c’est le cas, la pression s’en va.

Dans l’autre monde, celui des hommes, on sait que là où la peur règne, règne le faux.

Je me souviens notamment de cette femme, ex-employée d’un restaurant mondialement connu (c’est une franchise) dont la spécialité est la pizza. Non non, je ne vous donnerai pas le nom de l’enseigne !

Elle m’a raconté que son manager épluchait les questionnaires de satisfaction que les clients avaient complétés. Et chaque fois qu’il y avait des plaintes, il invectivait l’équipe.

Résultat : ils ont eu vite compris et pris l’habitude de faire le tri des questionnaires avant la venue du manager.

Là où la peur règne, les informations sont fausses.

De mon côté, quand j’étais adolescent, je trafiquais parfois mes notes, les points de mon bulletin de classe. Cela m’évitait les éruptions toutes volcaniques de mon paternel !

Là où la peur règne, les chiffres sont faux.

Les participants aux formations Horse Training ont également compris, au terme de la journée, que trop de douceur les handicape, les décrédibilise. C’est un gage d’inefficacité.

Ici encore, l’analogie est frappante !
Un leader trop doux, qui ne pose ni cadre ni limites, est une proie pour le chat … ou le cheval.

C’est aussi le cas de cette mère ou de ce père qui annonce une sanction à Kevin, le fiston, s’il continue de jouer avec sa PlayStation à table.

«Kevin, je t’ai déjà dit que je ne tolérais pas ça ! Tu arrêtes tout de suite ou je te jure que tu te passeras de ta PlayStation et de Facebook pendant 15 jours. »

Kevin fait mine d’accepter la remarque mais sourit à l’intérieur.

La dernière fois que ses parents lui ont annoncé une telle mesure, elle a été très peu suivie d’effets… Perte de crédibilité, j’ai dit.  Et de justesse. Et d’efficacité.

A la fin de la formation, les participants deviennent fermes, quand c’est nécessaire, et doux, chaque fois que c’est possible. Ils corrigent leurs excès et tendent à la justesse, à l’efficacité.

Juste : qui est fondé, légitime, qui est tel qu’il doit être.

Efficace : qui produit le résultat attendu.

Etre ferme, doux, juste et efficace : tel est bien le credo des leaders inspirationnels.

Est-ce aussi le vôtre ?
Bon Vol avec les Aigles les Amis, et à très vite !

Fabian

3 exercices inspirés par Pierre, pour augmenter le contrôle de soi :

  1. Quand je mange, je dépose ma fourchette après chaque bouchée.
  2. J’attends une minute avant d’allumer ma télévision ou ma radio. J’attends 5 secondes avant de répondre aux questions.
  3. Avant de m’endormir, je pense aux points positifs de ma journée,  même les plus anecdotiques. NB : Vous dormirez comme un bébé !

 

2 réponses
  1. Fabian
    Fabian dit :

    Merci Stéphane !

    Tu as tellement raison : entre les sphères professionnelle et privée, la frontière est parfois si mince. Les problèmes sont souvent de même nature, les remèdes aussi…

    Amicalement,

    Fabian

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *