Voler avec les aigles

Voler avec les Aigles

Si vous voulez voler avec les aigles, ne prenez pas conseil auprès des moineaux !

Georges Bernanos a dit que « la pensée qui ne conduit pas à l’action ne vaut pas grand-chose, l’action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. »

Bien vu, Georges !

Las, peu de gens pensent et bien moins encore agissent !

Prisonniers de vies sans éclat, ils se complaisent dans un système de victimisation qui leur permet de blâmer les autres, la société, l’environnement, pour leurs propres échecs. Ils ont des excuses en pagaille mais aucune bonne raison.

Ils errent dans l’océan de la vie comme des bateaux sans gouvernail, au gré des courants, des vents et des marées, accrochés à de vaines certitudes.

André Gide, lui aussi très inspiré, nous rappelle pourtant que « pour découvrir de nouveaux territoires, il faut consentir à s’éloigner du rivage pendant une longue période. »

Les médiocres, la peur au ventre, craignent par-dessus tout cet éloignement. Oublier leur enfer connu pour des paradis inconnus ne les effleure pas. Ils sont déjà morts. Ils l’ignorent.

Ont-ils compris qu’une seconde passée à geindre, à gémir, à soupirer, ne reviendra pas ? La clepsydre se vide, ils ne le voient pas. Ils attendent.

La fin de la journée d’abord, puis la fin de la semaine. Puis les vacances, et puis d’autres vacances. Passe Noël, disparaît Carnaval, s’enfuit Pâques, ils attendent encore. Un autre noël, nouveau carnaval, énièmes pâques.

 

Appartenir aux 3% des gens qui dirigent et réussissent leur vie

 

Ces gens représentent 97% de nos contemporains, au bas mot. Une masse abrutie par les médias qui régurgite, en guise d’opinion, ce qu’elle a lu dans le premier journal venu, sans exercer quelque libre arbitre que ce soit. Trop fatigant.

Nous connaissons tous des « instants de médiocrité », très confortables, mais il y a une autre voie, plus réjouissante, plus exigeante aussi.

Plus vite vous la découvrirez, plus vite vous opérerez les bons choix, plus vite vous atteindrez vos buts, vos objectifs. Et plus vous serez heureux, épanouis, pleins.

 

Nos décisions influencent notre trajectoire. Dans 5 ans, dans 10 ans, vous serez là où vos choix d’aujourd’hui vous auront menés.

Si vous développez l’attitude juste, vous appartiendrez aux 3% de gens qui dirigent et réussissent leur vie.

Dansant sur les cimes, vous ne verrez même plus le troupeau bêlant dans sa vallée de larmes.

Vous profiterez pleinement de chaque instant que vous donne la vie, et sachant qu’en soi, elle n’a aucun sens, vous lui en trouverez un, le seul qui compte : le vôtre.

Si vous n’avez pas 30 ans, pas 20 ans, peut-être pensez-vous : « nous sommes jeunes, nous avons tout le temps, … » La vie se conjugue au verbe être et non au verbe avoir. Nous n’avons pas tout le temps. Nous sommes.

Au fond de moi, j’ai la conviction intime que si, adolescent, voire jeune adulte, j’avais été prêt à entendre ce message, mon existence en aurait été bouleversée. Nourrir des regrets étant stérile, j’ai choisi, sur le tard, de doter mon bateau d’un gouvernail et d’être le seul Capitaine à bord.

Echouer, c’est s’arrêter avant d’avoir réussi

A votre tour de décider de devenir une vache dans un pré, pour reprendre la métaphore de Jerry Clark, ou un rhinocéros qui ose l’aventure et se lance à l’assaut de la jungle. Il sait que le chemin est ardu, difficile, périlleux, il sait aussi qu’il ne connaîtra pas l’échec, car échouer, c’est s’arrêter avant d’avoir réussi.

L’un de mes amis, Claude, m’a justement offert un texte de Jerry Clark, ce célèbre motivateur américain. Dans l’objet de son e-mail, je pouvais lire : « cadeau pour aigle ! »

Car lui et moi partageons ce désir : Voler avec les Aigles. Comme le dit justement Anthony Robbins, « qui veut voler comme un aigle ne prend pas conseil auprès des moineaux. »

Je formule donc le vœu que vous puissiez vous envoler vers le plus beau des voyages, en compagnie du plus majestueux des oiseaux.

Et c’est très humblement que je vais tenter de vous guider. Je ne connais pas tous les chemins mais j’ai étudié et lu beaucoup, et puis vécu surtout et pris de très nombreux coups. Je connais donc désormais quelques raccourcis bienvenus !

 

Bon Vol avec les Aigles les Amis, et à très vite !

Fabian

 

3 questions pour aller plus loin :

  1. Si nous nous rencontrons dans 3 ans, qu’est-ce qui vous sera arrivé qui vous rendra satisfait des progrès accomplis ?
  2. Quelles sont les difficultés auxquelles vous serez confronté pour accomplir ces progrès ?
  3. Quelles sont les plus belles opportunités à saisir et sur lesquelles vous concentrer pour réaliser ces progrès ?

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *